Une peinture de la nature inspirée d'une forêt de la Colombie-Britannique à Vancouver.

PERCEPTION

Spécifications du tableau

Dimensions : 40 H x 24 L pouces
Technique : Peinture acrylique sur toile galerie

Année : 2022
Finition :
 Peinture scellée avec deux couches de vernis, finition brillant anti UV. Contour extérieur peint en noir. Tableau muni d'un système d'accrochage, prêt à être fixé sur un mur.

Description de l'œuvre

Cette peinture est inspirée d'un magnifique paysage provenant de la ville de Vancouver, en plein coeur du parc Stanley. C'est lors d'une promenade à vélo parmi les sentiers de ce parc que j'ai aperçu ces arbres à l'allure unique, se démarquant de leurs congénères par la mousse verdoyante recouvrant leurs branches courbées. Le printemps venant à peine de s'installer, de légères petites feuilles délicates et discrètes commençaient à garnir le sommet des branches, nous permettant encore d'observer la structure des arbres. À la base, les immenses troncs se divisaient en plusieurs sections, tournoyant légèrement avant de poursuivre leur ascension vers le ciel, multipliant ainsi leurs chances d'atteindre en premier cette course aux chauds rayons du soleil. Captant cette scène à l'aide de mon appareil photo, je me suis empressée de peindre le tout lors de mon retour.

Plus ma toile prenait forme, plus j'étais convaincue que je peignais une famille d'arbres heureuse. Étant de nature positive, il m'était d'une évidence que ces arbres étaient profondément satisfaits de leur condition; ils me faisaient penser à une famille unie, chaque membre entraidant et soutenant son voisin. Le bonheur régnait! Le doute s'est cependant installé dans mon esprit une fois ma peinture complétée. Je me suis alors questionnée sur mon interprétation de la scène; et si, à l'inverse, ces arbres qui semblaient grandir en symbiose tout en se blottissant les uns sur les autres, étaient plutôt entassés, étouffant et essayant de se séparer en vieillissant, demandant plus de liberté et d'espace personnel? 

Comme être humain, nous avons la plupart du temps une façon différente d'interpréter une même situation. Notre personnalité, notre éducation, notre vécu, ou tout simplement notre humeur du moment sont quelques-uns des multiples facteurs pouvant influencer notre regard. J'ai donc nommé cette peinture "Perception", car je crois que l'analyse que l'on en fait vient en premier de la perception de celui qui la regarde. 

J'ai moi-même été prise au piège de la perception; j'étais convaincue d'avoir peint plusieurs arbres, et j'ai réalisé en retrouvant une photographie d'un point de vue plus éloigné de la scène, que j'ai en réalité peint un seul et unique arbre! (Vous pouvez regarder cette photographie dans la petite galerie photo en haut de page, c'est la dernière image.) ...Preuve qu'avoir une vision encadrée sans connaître ce qui l'entoure peut également modifier notre perception!