Peinture d'un arbre bouleau par une artiste peintre canadienne.

LA VALSE

Spécifications du tableau

Prix : 475,00$C
Dimensions : 30 H x 20 L pouces
Technique : Peinture acrylique sur toile galerie

Année : 2022
Finition : Peinture scellée avec deux couches de vernis, finition brillant anti UV. Contour extérieur peint en noir. Tableau muni d'un système d'accrochage, prêt à être fixé sur un mur.

Description de l'œuvre

J'ai été inspirée, pour la création de cette toile, d'une photographie que j'ai prise dans la superbe ville de Québec. Les arbres étaient vêtus de couleurs flamboyantes, nous indiquant que l'automne était bel et bien arrivé. Le rouge éclatant et le jaune lumineux volaient la vedette aux conifères, égayant de façon magistral le paysage, et ce malgré le temps plutôt grisâtre de cette journée d'octobre.

C'est en marchant sur les plaines d'Abraham que je l'ai aperçu; malgré toutes les couleurs vibrantes nous incitant à admirer ces nombreux arbres ayant revêtit leurs plus beaux habits, c'est lui qui a capté mon attention. Ce n'est donc pas son feuillage encore principalement vert qui le démarquait de ses confrères, mais plutôt son spectaculaire tronc, offrant un fort contraste de noir et de blanc. Ce bouleau était majestueux, son tronc d'une rare élégance, ses fines branches gracieuses se dressant vers le ciel tels des bras ouverts.

Les contrastes de couleur de son écorce dessinaient des formes qui semblaient danser sur son tronc. Des formes organiques et artistiques, s'entremêlant de façon harmonieuse et théâtrale. De délicates taches noires tournoyant de manière esthétique et raffinée, exécutant une valse à travers les espaces blancs de ce magnifique tronc. Se faisant bercer par une légère brise, son feuillage composait une douce mélodie qui semblait donner le rythme à cette somptueuse danse.

Pour l'exécution de ce tableau, j'ai voulu donner toute l'importance au tronc. C'est pourquoi j'ai pris une photographie de style contre-plongée, c'est-à-dire du bas vers le haut. Cette prise de vue confère une importance au tronc afin qu'il domine la scène, et son feuillage devient alors secondaire. Habituellement, j'aime bien garnir de mousses vertes les écorces que je peins, mais j'ai volontairement omis cette étape. Mon but étant de mettre en valeur les magnifiques formes dessinés par les contrastes de noir et de blanc, je ne voulais pas altérer ces couleurs. Pour ce qui est du feuillage, j'ai légèrement teinté de jaune mes couleurs afin de donner une touche automnale à la scène, et j'ai disposé le sens des feuilles afin qu'elles convergent vers le tronc, une fois de plus afin de respecter mon point focal. Le résultat final laisse toute la place à l'élément principal: le tronc.