top of page
Peinture d'un paysage sylvestre représentant un chêne photographié dans un parc en Nouvelle-Orléans.

SELFIE #77

640,00C$

Spécifications du tableau

Dimensions : 20 H x 16 L pouces
Technique : Peinture acrylique, médiums mixtes et écorces sur toile galerie

Année : 2023
Finition : Peinture scellée avec deux couches de vernis, finition satinée anti UV. Contour extérieur peint en noir. Tableau muni d'un système d'accrochage, prêt à être fixé sur un mur.
*Cadre flottant noir inclus

Triptyque SELFIE

Peinture sylvestre d'un paysage qui illustre un chêne.

Description de l'œuvre

Je fais partie de la génération ayant connu les pellicules à insérer dans les appareils photo. 24 poses. 24 chances d’immortaliser sur négatif ce que l’on perçoit, espérant à chaque déclic une fidèle représentation de notre vision. 24 appuis sur le déclencheur, un précieux compte à rebours, diminuant à chaque coup les possibilités de capturer à jamais le moment présent. Chaque enclenchement devient justifié, car limité. Ensuite, c’est l’attente. Une attente vers l’inconnu, vers l’espoir, vers la curiosité de voir le résultat.

 

La technologie ayant évoluée avec les années, il est maintenant possible de photographier autant de fois que désiré un sujet quelconque. Résultat instantané. S'ensuit alors pour plusieurs, une suraccumulation de photographies, souvent similaires les unes aux autres. Particulièrement pour les selfies (autoportraits). À quoi bon conserver des dizaines de photos, dont la simple variante est un léger hochement de tête, une épaule relevée, un regard dévié? Tellement de choix mène assurément à une moins grande valeur, non?

 

Afin de valider mon hypothèse, j’ai décidé de tenter l’expérience. C’est donc lors d’un voyage en Nouvelle-Orléans, dans un parc où de magnifiques chênes ornaient les lieux, que je me suis portée au jeu. Je me suis ainsi adossée à un arbre afin d’entreprendre une série d’autoportraits, à la différence près que l’arbre me remplaçait. Rapidement, sans trop réfléchir, j’ai alors entrepris une série de photos, modifiant légèrement l’angle de l’appareil entre chaque déclic. Je me suis amusée ainsi durant un certain temps, appuyant telle une mitrailleuse sur le déclencheur.

 

À mon retour de vacances, j’ai pris le temps d’analyser cette série de selfies. Étonnamment, à mes yeux, elles étaient toutes différentes. Chacune des photographies comportait des variations subtiles, les rendant individuellement spéciales et uniques. Devant un tel choix de photographies, l’idée m’est venue de réaliser un triptyque, car je n’ai finalement pas réussi à n’en sélectionner qu’une seule.

 

...Et oui, pour votre information, j'ai conservé pratiquement tous mes selfies!